AUTEURS FRANCAIS CONTEMPORAIN

 AUBENAS Florence  - L'inconnu de la poste

CHATTAM Maxime - La conjuration primitive

LOUATAH Sabri - 404 

MUSSO GUILLAUME - La fille de papier 

SAGA GASPARD - Chemins bleus

VANIER Nicolas - L'or sous la neige

  

Défi lecture saison 2

Semaine 25- Livre 25

 

La fille de papier 

Guillaume MUSSO 

470 pages

« Guillaume Musso publie probablement son meilleur roman. L’intrigue est très bien ficelée, et la chute particulièrement soignée et surprenante. »

Blaise de Chabalier, Le Figaro Littéraire


« Plus drôle, plus caustique qu’à l’accoutumée, le style Musso reste diablement efficace. »

Jérôme Vermelin, Métro



RESUME 

Quand la vie ne tient plus qu’à un livre !
« Trempée jusqu’aux os et totalement nue, elle est apparue sur ma terrasse au beau milieu d’une nuit d’orage.
– D’où sortez-vous ?
– Je suis tombée.
– Tombée d’où ?
– Tombée de votre livre. Tombée de votre histoire, quoi ! »
Tom Boyd, un écrivain célèbre en panne d’inspiration, voit surgir dans sa vie l’héroïne de ses romans. Elle est jolie, elle est désespérée, elle va mourir s’il s’arrête d’écrire. Impossible ? Et pourtant !
Ensemble, Tom et Billie vont vivre une aventure extraordinaire où la réalité et la fiction s’entremêlent et se bousculent dans un jeu séduisant et mortel...

Ce que j'en ai pensé:   

Bien qu'il soit un auteur très lu en France (le premier,  même, il me semble?), je n'avais jamais lu de romans de Guillaume Musso jusqu'à présent. C'est peut- être justement  pour cette raison, d'ailleurs, que je ne l'avais jamais lu.

De la même façon que je n'ai jamais lu Marc Lévy, Mélissa Da Costa, Michel Bussi, etc.. Il suffit qu'une chose soit "tendance" pour que je n'en ai pas envie.. fort esprit de contradiction, me direz-vous. 

Bref, ce roman trainait dans mon placard depuis des années (et je me demande comment il y a atterri..) Du coup allez, je me suis lancée. 

Alors l'idée de départ est assez géniale, un personnage qui sortirai d'un roman pour entrer dans la vraie vie, le rêve des lecteurs et (peut-être) des auteurs. 

Au final, c'est assez décevant. Certes, le roman se lit très bien, très vite, et c'est sympa. J'ai passé un plutôt bon moment; la lecture était agréable. Mais il m'a manqué quelque chose de plus profond, plus recherché. Je trouve dommage de ne pas avoir traité le sujet de façon plus en profondeur. L'histoire reste superficielle, les personnages peu attachants. 

Et la fin.. on la voit venir depuis le début de l'intrigue, et elle ne tient pas debout. On se prend au jeu et on fait semblait d'y croire, parce que c'est mignon et heureux, mais c'est franchement peu crédible. 

 

Ca aurait pu être un roman génial, au final c'est juste "sympa".  Je ne suis peut-être pas non plus la cible de ce genre de roman. 

VOTRE AVIS M'INTERESSE

 
Vous l'avez-lu? Vous voulez le lire? Donnez-moi votre avis! 
J'ajouterai le commentaire 

la fille de papier.PNG
3-5.PNG
Ma note: 
 Bien! 
image.PNG
 

 

Défi lecture saison 2

Semaine 28- Livre 28

 

Chemins bleus

Gaspard SAGA

271 pages

“Un remarquable roman sociétal à plusieurs niveaux ; des fausses pistes et une tension émotive tout au long du récit. Un premier roman d’une grande précision, et d’une grande sensibilité.”



RESUME 

Leticia Monceau est une Parisienne de 27 ans. Issue d’une famille bourgeoise et semblant avoir tout pour elle, elle quitte d’un bond son petit ami et son poste prestigieux au sein d’une multinationale. Elle souhaite donner plus de sens à sa vie, se réfugie dans le yoga, les associations, la critique de la société et de sa famille. La crise générationnelle de ces enfants gâtés ? Une quête plus intime se joue en parallèle, de Paris à Biarritz, de Dakar à l’île de Ré : celle de ses souvenirs enfouis. Le roman traite des petits traumatismes qui en cachent de grands, de la complexité des sentiments, de la culpabilité.

Le goût de l’enfance resterait-il en bouche toute la vie ?

“Ce voyage ne serait-il qu’un tampon de plus ? Elle présageait que non. Quelque chose s’affinait depuis quelques mois autour d’elle, en elle, quelque chose qui la rendait à la fois plus triste et plus optimiste que jamais.”

Ce que j'en ai pensé:   

J'ai été très heureuse de recevoir ce roman directement de l'auteur. 

Un premier roman, d’un auteur français, sur un sujet sociétal, ça ne correspond pas vraiment à mon style de lecture habituelle.

C’est un roman vers lequel je ne serai pas allée spontanément. 

Cela dit, comme vous le savez, j’essaie de sortir de ma  zone de confort à l'occasion de mon défi lecture pour découvrir de nouveaux auteurs, de nouveaux styles, de nouveaux genres. 

J’ai été très agréablement surprise par la qualité de l’écriture (non pas que je m’attendais à un roman mal écrit). C’est vraiment très bien écrit et j’ai vraiment perçu le travail de l'auteur, du sens du détail et de la précision de l’écriture, dans le choix des mots et des tournures. Le monde de l’édition est injuste parce qu’il y a des auteurs qui sont mis en avant et dont la qualité de l’écriture est bien moins bonne.

Sur le fond, on voit aussi qu'il y a pas mal de recherches (ou de connaissances) sur les sujets évoqués. Le roman a été vraiment travaillé et ça se voit.

C'est l’histoire de Leticia, une jeune parisienne issue d'une famille bourgeoise qui, au grand désespoir de ses parents, va tout quitter pour trouver le mode de vie qui lui convient. A l'occasion de cette "pause", Leticia s'aperçoit que certains souvenirs lui manquent. Quel est ce traumatisme qui l'a façonnée et dont elle a oublié l'existence ? 

 

VOTRE AVIS M'INTERESSE

 
Vous l'avez-lu? Vous voulez le lire? Donnez-moi votre avis! 
J'ajouterai le commentaire 

Chemins bleus.PNG
 
Ma note
Très bien!
Je conseille! 
4-5.PNG

Défi lecture saison 1

Semaine 29 - Livre 18

 

404

Sabri LOUATAH 

443 pages

" Le nouveau prodige des lettres revient avec un thriller. Ahurissant de maîtrise, scotchant. "

 Lea Salamé, France Inter

" Un formidable thriller, implacable, très brillant. "

François Busnel, La Grande Librairie

" Virtuose. "

Pierre Vavasseur, Le Parisien

 

"L'auteur compose cette fois un enfer dystopique à la Black Mirror, où la technologie est l'étincelle qui va mettre le feu à la poudrière d'une république fragilisée par un racisme historique, systémique." 

Les inrokuptibles



" Un roman terrible, à la fois réussi, efficace et douloureux à lire... Jamais didactique,
404 mêle dystopie, thriller politique et roman balzacien pour composer une tragédie qui marche implacablement vers sa conclusion déchirante. (...) très sombre, aimanté par la figure de Kader, sur lequel plane l'ombre du Stavroguine des Possédés de Dostoïevski. "

Le Monde

" Un très beau roman, haletant. "

Guillaume Erner, France Culture
 

 

RESUME 

" Rentre dans ton pays. Entendre ça alors que ça fait soixante-dix ans qu'on vit en France ! Mon petit Rayanne c'est la quatrième génération, il va falloir combien de générations pour que vous nous foutiez la paix ? Combien ? ', s'emporte un des personnages de mon roman.

Avec 404, j'ai voulu regarder la brèche, sans ciller, et raconter cette tragédie française de la partition et de la séparation ethnique à travers le destin d'une poignée de personnages réunis dans une petite commune de l'Allier. Pile au centre de la France et de toutes les tensions qui la traversent... "

Ce que j'en ai pensé:  

Encore énormément de retard dans mon défi lecture, sept semaines sans lecture.. 

Les vacances scolaires, les enfants, la maison en construction, pas facile de trouver le temps.

Et moins je lis, moins j'ai envie de lire, plus j'ai du mal à m'y mettre. 

404 a été conseillé par le libraire à mon mari. Je n'y serais pas forcément allée de moi-même. Avec une avalanche de critiques très positives, j'étais curieuse de découvrir le roman, une dystopie où se mêlent racisme, high-tech et thriller politique. 

Le roman se déroule France en 2022, où il est impossible de différencier une image authentique d’une trafiquée.

Tout commence avec Allia qui crée 404, une application  qui rend impossible l’enregistrement d’une scène par une caméra, donc sa falsification. Elle veut éradiquer les "deepfakes" et les "fake news". 

Elle installe sa start-up à La Brèche, dans l'Allier, dont son mari, Mehdi, est le maire et médecin. Son projet est  financé par Kader, un entrepreneur millionnaire et controversé. C’est dans les pas d’un  ami de jeunesse, Ali, cuisinier embauché comme modérateur chez 404, que l’on découvre les personnages et les lieux. 

Je trouve que ce roman est un ovni difficile à décrire, l'auteur explique très bien lui-même ce qu'il a souhaité aborder: 

"Mon roman 404 est fondé sur l'ambiguïté, le vrai, le faux. Je l'ai abordé par l'angle de la technologie et par un fléau que sont les 'deepfakes', des vidéos truquées par l'intelligence artificielle, devenues indiscernables des vraies et j'ai imaginé à quoi ressemblerait une société soumise à cela et l'héroïne et d'autres personnages chercher un antidote pour détecter ce que j'appelle des mirages. 

On est tous collectivement méfiants les uns envers les autres. C'est ce que j'ai voulu dire avec ce roman. On ne se fait plus confiance. Ce fléau technologique va réveiller en France les démons particuliers à l'histoire de France : la question ethnique, raciale, musulmane"

Personnellement, je n'ai pas trop été marquée par l'aspect technologique, c'est surtout la question identitaire qui ressort du roman. 

Les personnages sont des français issus de l'immigration algériennes et qui ne se sentent pas intégrés (à tort ou à raison) dans la société française.

 

L'auteur dresse un tableau assez inquiétant de notre société, avec une violence sous jacente et une fracture très forte entre les communautés. Il pose la question de l'identité française telle que peuvent la ressentir les enfants et les petits-enfants d'immigrés maghrébins. Je suis peut-être naïve mais j'espère que cela ne reflète pas la réalité.

J'ai trouvé l'esprit du roman très sombre, violent et pessimiste. Je me croyait dans un débat télé sur les questions identitaires et religieuses. Pas étonnant que les journalistes aient écrits de très bonnes critiques, ça correspond aux thèmes récurrents débattus en politique. 

Je n'aime pas écouter ce genre de choses à la radio ni à la télé, ce n'est pas pour le lire dans les livres.

Même si je reconnais la qualité du roman et que j'admets qu'il se lit très bien et très facilement, ce n'est pas ce que je recherche dans la lecture. 

Trop sombre pour moi, je ne conseille pas forcément. 

VOTRE AVIS M'INTERESSE
 
Vous l'avez-lu? Vous voulez le lire? Donnez-moi votre avis! 
J'ajouterai le commentaire 

404.PNG
3-5.PNG
Ma note: 
 Bien! 
 

DEFI LECTURE SAISON 1

Semaine 13- Livre 12

 

L'INCONNU DE LA POSTE

235 pages

RESUME 

" La première fois que j'ai entendu parler de Thomassin, c'était par une directrice de casting avec qui il avait travaillé à ses débuts d'acteur. Elle m'avait montré quelques-unes des lettres qu'il lui avait envoyées de prison. Quand il a été libéré, je suis allée le voir. Routard immobile, Thomassin n'aime pas bouger hors de ses bases. Il faut se déplacer. Je lui ai précisé que je n'écrivais pas sa biographie, mais un livre sur l'assassinat d'une femme dans un village de montagne, affaire dans laquelle il était impliqué. Mon travail consistait à le rencontrer, lui comme tous ceux qui accepteraient de me voir. "

F. A.

Le village, c'est Montréal-la-Cluse. La victime, c'est Catherine Burgod, tuée de vingt-huit coups de couteau dans le bureau de poste où elle travaillait. Ce livre est donc l'histoire d'un crime. Il a fallu sept ans à Florence Aubenas pour en reconstituer tous les épisodes – tous, sauf un. Le résultat est saisissant. Au-delà du fait divers et de l'enquête policière, L'Inconnu de la poste est le portrait d'une France que l'on aurait tort de dire ordinaire. Car si le hasard semble gouverner la vie des protagonistes de ce récit, Florence Aubenas offre à chacun d'entre eux la dignité d'un destin.

Ce que j'en ai pensé:  

Je n'ai pas acheté ce livre, il m'a été offert par mon chéri.

Je lui avais dit vouloir découvrir d'autres genres de livres que ce que je lis habituellement. Je voulais un livre vers lequel je ne serai pas allée toute seule. 

Bien trouvé, je n'aurais jamais acheté L'inconnu de la poste par moi-même;

Déjà, ce n'est pas un roman alors que je ne lis que des romans,

Ensuite, cela s'apparente à un polar et je ne lis (quasiment) jamais de polar,

Enfin, c'est un livre français. Je n'ai évidemment rien contre les livres français mais en faisant le bilan des livres lus pendant ce défi lecture, je me rends compte qu'il y en a seulement deux écrits par des auteurs français, et que ce sont ceux à qui j'ai attribué la plus faible note Ravage et L'or sous la neige). Je ne sais pas pourquoi.. 

Du coup, me voilà lancé dans L'inconnu de la poste

J'ai adoré, je l'ai dévoré. 

Sur la forme; 

Quelque part entre le roman journalistique et l'enquête littéraire, le concept est vraiment original.  Ce n'est ni vraiment un roman, ni vraiment un reportage.. En fait, c'est un peu comme regarder un épisode de "Faites entrer l'accusé". On voit vraiment que le livre a été écrit par une journaliste. Il n'y a pas vraiment d'émotions, il est très factuel. Cela dit, l'histoire est quand même forte et captivante.

 Tous les amateurs de faits divers et d'enquête irrésolues seront convaincus. 

 

Sur le fond; 

Vraiment passionnant! 

L'enquête est très bien restituée. Suspens, mystère, rebondissement, un vrai polar qui tient en haleine. 

Au delà de l'intrigue policière, le contexte social et la personnalité des personnages sont vraiment captivants. 

La personnalité du "héros"; Gérald Thomassin est plutôt émouvante, et assez pathétique. Son histoire est incroyable. 

 
Je conseille! A découvrir, lire et offrir! 
VOTRE AVIS M'INTERESSE
 
Vous l'avez-lu? Vous voulez le lire? Donnez-moi votre avis! 
J'ajouterai le commentaire 

Inconnue de la poste.PNG
Ma note
Très bien!
Je conseille! 
4-5.PNG
 

DEFI LECTURE SAISON 1

Semaine 9 - Livre 8

 

L'OR SOUS LA NEIGE

475 pages  

« Un hymne à la nature sauvage, où l'homme doit s'adapter ou mourir. " 

Daniel Duhand – Le Figaro. 

 

RESUME 

1897. Matt, jeune paysan américain, décide de fuir la ferme familiale pour vivre l'aventure. Embauché sur un quai de San Francisco, il embarque direction le Nord. Le but de l'expédition : le Klondike, rivière inconnue d'Alaska qui va devenir l'objet de tous les fantasmes. On y a trouvé de l'or, beaucoup d'or...
Happé par cette folie, Matt affronte les montagnes hostiles et les courants déchaînés pour rejoindre cet eldorado. Et finit par se laisser conquérir par le Grand Nord.
Pourtant, le jour approche où Matt devra choisir entre l'or et ce pays sublime...

Ce que j'en ai pensé: 

Enorme déception pour ce roman que j'ai trouvé trop léger, invraisemblable et sans queue ni tête. 

Le personnage principal est sans âme et très plat, les aventures sont invraisemblables et peu crédibles, le message écologique un peu trop gros qui sort de nulle part.. rien de très convaincant. 

Je n'ai pas été emporté par ce roman sur le grand nord, alors que j'attendais un beau voyage. 

Au delà des raccourcis et des incohérences, L'or sous la neige ne m'a pas fait voyager, et c'est ma plus grosse déception. 

 

J'ai accordé deux étoiles uniquement par sympathie pour Nicolas Vanier. J'aurais mis moins s'il s'agissait d'un autre auteur. 

Bref, je ne m'étends pas davantage et je ne conseille pas particulièrement, mais ce n'est que mon avis. 

VOTRE AVIS M'INTERESSE
 
Vous l'avez-lu? Vous voulez le lire? Donnez-moi votre avis! 
J'ajouterai le commentaire. 
Cliquez ici

L'or sous la neige.PNG
2-5.PNG
Ma note: 
Décevant