image.PNG

Semaine 34 - Livre 21

 

La mort est mon métier

384 pages



RESUME 

Le Reichsführer Himmler bougea la tête, et le bas de son visage s'éclaira...- Le Führer, dit-il d'une voix nette, a ordonné la solution définitive du problème juif en Europe.Il fit une pause et ajouta : - Vous avez été choisi pour exécuter cette tâche.Je le regardai. Il dit sèchement : - Vous avez l'air effaré. Pourtant, l'idée d'en finir avec les Juifs n'est pas neuve.- Nein, Herr Reichsführer. Je suis seulement étonné que ce soit moi qu'on ait choisi...

Ce que j'en ai pensé:  

Magnifique surprise. 

C'est, je pense, un très grand livre que tout le monde devrait lire au moins une fois. Pour tous les lecteurs, des plus aguerris aux plus occasionnels. La lecture est simple, facile et efficace. 

Je m'attendais à un roman glauque et triste, mais il est fascinant et percutant. 

L'auteur retrace le parcours du chef et créateur du camp d'Auschwitz. Comprendre comment un homme comme les autres, a pu devenir ce monstre absolu qui applique des instructions aberrantes et n'en conçoit pour autant aucun remord.

En réalité, le camp d'Auschwitz arrive très tard dans le roman. Une bonne majorité de l'histoire retrace le parcours du "héros" (si l'on peut dire) avant ce moment, depuis l'enfance. C'est assez fascinant et très bien construit. Les événements se suivent logiquement et on comprend parfaitement comment "Rudolph' devient ce qu'il devient. Pour les français ou occidentaux de l'autre côté de la barrière, il est  facile de juger le comportement des allemands, mais il est très intéressant de voir comment la situation a été perçue, de l'autre côté. 

A L'ouest rien de nouveau, lu en semaine 19 retrace également le parcours de soldats allemands et j'avais déjà été fascinée par ce roman. Il est rare que l'on se penche sur la question et que l'on se demande comment les allemands ont pu être affectés. Il est rare aussi, de les percevoir comme des victimes, de ressentir de la sympathie, de la compassion. Si vous aimez l'un, vous aimerez l'autre. 

En ce qui concerne Rudolph Lang, le personnage du roman (Rudolph Hoess, de son vrai nom), j'admets qu'il m'a parfois fait de la peine. Et oui. Il a exterminé  2.5 millions de personnes, mais j'ai parfois eu de la peine, et parfois même de la sympathie. Au début, surtout. Toute sa vie l'a emmené à devenir ce qu'il est devenu. Il a été façonné d'une certaine façon, depuis son enfance. 

J'ai sélectionné un passage du roman qui résume bien l'état d'esprit de cet homme, et du roman. C'est à la fin, lors du procès de Rudolph. 

"-Vous n’éprouvez donc aucun remords?

Je dis nettement:

- Je n'ai pas à avoir de remords. L'extermination était peut-être une erreur. Mais ce n'est pas moi qui l'ai ordonnée. 

Il secoua la tête: 

- Ce n'est pas ce que je veux dire.. Depuis votre arrestation, il vous est bien arrivé quelquefois de penser à ces milliers de pauvres gens que vous avez envoyé à la mort?

-Oui, quelque fois. 

-Et bien, quand vous y pensez, qu'éprouvez-vous?

- Je n'éprouve rien de particulier.

(....)

-Avez-vous fait quelque chose pour vous libérer de ces horribles fonctions?

-J'ai demandé à partir pour l front avant que le Reichsfuhrer me confiât la mission de liquider les juifs. 

- Et après?

- Après, la question ne se posait plus: J'aurai eu l'air de me dérober. 

- C'est donc que cette mission vous plaisait?

Je dis nettement:

- Pas du tout. Elle ne me plaisait pas du tout. 

Il fit alors une pause, me fixa dans les yeux, écarta les bras et repris:

- Et bien alors, dites-nous ce que vous en pensiez. Comment envisagiez-vous ce genre de tâche? 

Il y eut un silence, tous les yeux étaient fixés sur moi, je réfléchis un moment et je dis: 

- C'était un travail ennuyeux."

Passionnant. 

Je conseille, à lire et à offrir. 

VOTRE AVIS M'INTERESSE
 
Vous l'avez-lu? Vous voulez le lire? Donnez-moi votre avis! 
J'ajouterai le commentaire 

5 - 5.PNG
Ma note: 
Excellent!
Pépite du défi