Semaine 18 - Livre 20

 

LE CHANT D'ACHILLE

480 pages

" Impossible de lâcher ce livre. Toute la sauvagerie et le frisson de l'Antiquité. " 

Donna TARTT

" Éprise de ses personnages, l'auteure ramène à la vie les statues antiques. Et l'on sort de son livre avec une grande envie de se replonger dans Homère. " 

Le Monde

« Un roman d'apprentissage subtil et plein de fureur. » 

Alexandre Fillon, Lire

« Chez Madeline Miller règne une grâce singulière et ténue, entre frénésie politique et intimité de l'amour. » 

Télérama

« C'est un livre remarquablement bien écrit, bien traduit, qui donne à voir la Grèce antique, ses paysages, ses mythes, les mœurs de ses habitants. » 

Transfuge



RESUME 

Ce ne sont encore que des enfants : Patrocle est aussi chétif et maladroit qu'Achille est solaire, puissant, promis à la gloire des immortels. Mais, grandissant côte à côte, un lien se tisse entre ces deux êtres si dissemblables.


Quand, à l'appel du roi Agamemnon, les jeunes princes se joignent au siège de Troie, la sagesse de l'un et la colère de l'autre pourraient bien faire dévier le cours de la guerre... Au risque de faire mentir l'Olympe et ses oracles.

Ce que j'en ai pensé:   

Patrocle, jeune prince fluet et peu estimé  par son père est exilé auprès du roi Pelée, après avoir tué un autre garçon par accident.  Contre toute attente, Achille, fils de Pelée, va choisir Patrocle pour compagnon. C'est alors le début d'une fusionnelle histoire d'amour et d'amitié entre les deux jeunes hommes.  Les deux garçons sont très différents, Patrocle autant introverti et renfermé qu'Achille est solaire et tourné vers les autres.  

 

La première partie du roman est consacrée aux deux jeunes garçons, à leur belle relation, leur apprentissage de la vie.  Je me suis un peu ennuyée dans cette partie là, que j'ai trouvé un peu trop niaise et prévisible. Trop contemplatif à mon goût.

 

Plus tard, les choses sérieuses commencent enfin avec le début de la guerre de Troie. Cette seconde partie est beaucoup plus intéressante à mon goût.

 

J'ai retrouvé les personnages et les ressorts que j'avais adorés dans Troie (le film, parce que je n'ai pas lu l'Iliade). Des personnages haut en couleur et très forts, Achille, bien entendu, mais aussi Ulysse, Agamemnon, Ménélas, Hector, Priam.  De la guerre, de la politique, de la mythologie, tous les ingrédients pour une histoire passionnante.

 

Oui sauf que je suis restée un peu sur ma faim. J'avais sans cesse le film en tête. C'était un peu frustrant parce que j'ai adoré le film et que le livre n'était pas à sa hauteur (bon, il faut dire que c'est un film que j'adore). J'étais sans cesse dans la comparaison et c'était un peu (beaucoup) agaçant.

Le fait aussi, de déjà connaitre l'histoire et de savoir ce qu'il va se passer, cela enlève de la magie.

 

Je n'ai pas ressenti grand chose, je pense être passé à côté de ce roman.

 

Enfin bon, j'ai quand même bien aimé cette seconde partie du livre. J'ai trouvé la relation de Patrocle et Achille de plus en plus belle. Les tragédies augmentent l'intensité du roman et de leur belle histoire. Je suis sortie de la platitude émotionnelle à la fin du roman, qui est très forte et très belle.

 

A découvrir.

 

VOTRE AVIS M'INTERESSE

 
Vous l'avez-lu? Vous voulez le lire? Donnez-moi votre avis! 
J'ajouterai le commentaire 

Le chant d'achile.PNG
Ma note: 
 Bien! 
3-5.PNG