Semaine 47 - Livre 28

 

Pavillons lointains

1056 pages



RESUME 

Des cimes enneigées de l'Himalaya aux palais des maharadjas, de la Kyber Pass à Kaboul, ce roman retrace les années les plus tumultueuses du rattachement de l'Inde à l'empire britannique au XIXe siècle.

C’est aussi une émouvante histoire d'amour, au-delà des tourments et de la fureur de son époque, celle d'Ash, un jeune Anglais élevé comme un Indien, et de Juli, une princesse indienne déchirée entre raisons du cœur et raison d'État. Et tandis que familles et castes, alliés et ennemis se combattent aveuglément, une civilisation millénaire se précipite vers son destin...

Introuvable depuis de nombreuses années, cette formidable fresque du Raj, dans la lignée d'un Kipling, se devait d'être rééditée.

Ce que j'en ai pensé:   

J'avais ce livre depuis plusieurs mois mais j'avais peur de me lancer à l'assaut de ses 1056 pages. 

J'en avais lu d'excellentes critiques et je savais que ce serait le genre de livre que j'allais adorer, mais le gros pavé a eu raison de moi pendant un certain temps. 

Cette semaine, j'avais envie de me plonger la tête la première dans une grande et belle histoire. De m'y noyer, de m'y perdre. 

Je suis allée farfouiller dans mon stock de livres non lus (je suis une acheteuse compulsive de romans, que j'achète plus vite que je ne les lis!), et j'ai retrouvé cet ouvrage que j'avais presque oublié. Je me suis lancée, c'était le moment. 

Et bien je ne suis pas déçue! C'est une formidable expérience de lecture, dans mon top 3 des meilleurs romans du défi (et meilleurs romans tout court).  

Je suis tombé amoureuse d'Ash, ce formidable héros, comme ça m'est arrivé avec Le Compte de Monte Christo ou de Rehtt Butler (et oui, j'ose la comparaison). Le héros, tiraillé entre son sang anglais et son éducation indienne, a destin incroyable. 

Comment résumer? 

L'histoire se déroule en Inde, en deuxième partie du 19e siècle, et on y suit les aventures d'Aston Akbar Pelham Marty, allias Ashtok. C'est un anglais né et élevé en Inde, qui doit rejoint l'Angleterre dans son enfance pour y suivre une éducation "normale".

Il ne sent pas chez lui en Angleterre, et décide de poursuivre des études militaires pour rejoindre le corps des guides, un régiment d'élite de l'armée britannique indienne. Jamais vraiment chez lui, il cherche sa place dans tous le roman. Il se sent étranger parmi les anglais, et il n'est jamais vraiment accepté par les populations autochtones, méfiantes à l'égard des envahisseurs anglais. 

C'est un formidable roman d'aventure, de guerre, d'espionnage, d'amour.. un vrai voyage ethnographique au cœur de l'Empire colonial britannique. .. un véritable choc des civilisations en Inde au 19e siècle, entre chrétiens, musulmans, hindou et des dizaines de tribus aux langues et coutumes différentes. On y voit l'Inde coloniale, l'Inde des Maharadjas, des montagnes de l'Himalayas jusqu'au Pakinstan, Afghanistan,dans les cours royales, dans les camps militaires. La fresque historique est extrêmement bien documentée, très riche et intéressante. 

C'est un maelström de péripéties, de détails historiques, politiques, géographiques, avec des personnages forts et attachants. 

C'épique, romantique, émouvant. 

Parfait. 

La fin du roman est plus complexe, plus politique (guerre entre l'Angleterre et l'Afghanistan), mais elle est aussi... WAHOO. L'auteur se renouvelle, le roman change d'angle, change d'émotion, de style. 

Les 100 dernières pages sont à couper le souffle (et oui carrément). Pour ceux qui ont vu La chute du Faucon noir de Ridley Scott, c'est exactement ça. 100 pages d'une bataille bouleversante, d'une poignée d'anglais encerclés par des milliers d'Afghanistan, assaillis de toute part.. c'est horrible, et magnifique. Le roman se termine en apothéose et le récit de la bataille est d'une précision digne d'un reporter de guerre, violent et anxiogène. 

J'ai été triste de terminer le livre et de quitter Ash, le retour à la réalité est difficile, je n'ai pas envie. Je voudrais presque recommencer la lecture. 

C'est pour vivre ce genre d'expérience que je lis, et c'est ce que j'attends en débutant chaque nouveau roman. 

Se noyer, se perdre, partir loin. Tomber amoureuse, d'un pays, d'un personnage, d'un univers. Oublier tout le reste, et être triste quand vient la fin. 

Livre bouleversant que je conseille vraiment. Indispensable, à découvrir, à lire et à offrir! 

N'ayez pas peur des 1046 pages, elles se tournent toutes seules. 

 

VOTRE AVIS M'INTERESSE

 
Vous l'avez-lu? Vous voulez le lire? Donnez-moi votre avis! 
J'ajouterai le commentaire 

Pavillon lointain.PNG
Ma note: 
 Excellent! 
Pépite du défi 
5 - 5.PNG