top of page

Semaine 6 - Livre 6

 

LES ENFANTS DU FLEUVE

552 pages  

" L'un des meilleurs livres de l'année. À ne pas manquer. "
The Huffington Post

 

"Magistral"

Publisher Weekly

RESUME 

Memphis, 1939. Par une nuit pluvieuse, Rill Foss, douze ans, et ses quatre frère et sœurs sont enlevés par des inconnus. Emmenés loin de la péniche familiale et des bords du Mississippi, jetés dans un orphelinat, les enfants réalisent bien vite qu'ils ne reverront plus leurs parents. La mystérieuse Société des foyers d'accueil du Tennessee vient de sceller leur sort à tout jamais.

Caroline du Sud, de nos jours. Avery Stafford, jeune avocate épanouie à qui tout semble sourire, est de retour dans la ville de son enfance. Lors d'une visite à sa grand-mère, cette dernière tient un discours étrange qui remet en cause toutes ses certitudes. Quelle est vraiment l'histoire de sa famille ? D'où vient-elle ? Troublée, Avery commence à enquêter...

Ce que j'en ai pensé: 

Histoire d'amour fraternel et d'une mystérieuse société de foyer d'accueil;

Beaucoup d'émotions et de sensibilité dans ce roman qui se lit très rapidement et avec beaucoup d'intérêt. J'ai adoré. 

Dans Les enfants du fleuve, il y a deux histoires en parallèle à deux époques différentes. 

Le roman retrace le parcours d'une fratrie arrachée à ses parents en 1939 à Memphis pour intégrer un réseau de Traffic d'enfant.

Cette histoire bouleversante est racontée par l'ainée de la fratrie, Rill, une jeune fille de 12 ans.

Elle relate les évènements avec ses mots et sa perception d'enfant, ce qui rend le roman encore plus touchant. 

80 ans plus tard, cette histoire rejoint celle d'Avery, une jeune femme à la recherche de réponse sur l'histoire de sa famille. 

La construction du roman ressemble à celle de L'enfant du Lac, roman que j'ai lu en semaine 4, il y a les mêmes ingrédients: le parcours d'une jeune femme devenue vieille et qui se souvient/une jeune femme qui enquête sur le passé/deux histoires entremêlées et chacune très prenantes. 

Je vois beaucoup de similitudes entre ces deux romans, si vous avez aimé l'un, vous aimerez l'autre. 

Il n'y a pas beaucoup de suspens car on devine assez rapidement le fin mot de l'histoire, mais ce n'est pas le but du roman. 

L'enlèvement des enfants en 1939 et tous les évènements qui s'en suivent sont bouleversants et ahurissants, surtout en sachant que l'histoire est basée sur des faits réel et que le réseau a réellement existé.

Je conseille vraiment ce roman. A découvrir, à lire et à offrir! 

VOTRE AVIS M'INTERESSE

 
Vous l'avez-lu? Vous voulez le lire? Donnez-moi votre avis! 
J'ajouterai le commentaire. 

Cliquez ici

les enfants du fleuve.PNG
Ma note: 
Excellent!
Pépite du défi

 
5 - 5.PNG
enfants du fleuve

Semaine 46 - Livre 46

 

ETE ANGLAIS - LA SAGA DES CAZALET 

de Elizabeth Jane Howard

576 pages

"Fabuleux. Une saga familiale, drôle et d'une grande sensibilité"

Stéphane Bern

"Une chronique intime, éblouissante et addictive" 

Télérama

RESUME 

Juillet 1937, Sussex. Dans la propriété de Home Place, la Duche, affairée avec ses domestiques, prépare l'arrivée de la famille au grand complet:ses trois fils, Hugh, Edward et Rupert Cazalet, sont en chemin depuis Londres avec épouses, enfants et gouvernantes. Entre pique-niques sur la plage et soirées auprès du gramophone, les intrigues familiales se succèdent. Aux préoccupations des adultes font écho les inquiétudes des enfants, et à la résilience des femmes répond la toute-puissance - ou l'impuissance - des hommes. L'été regorge d'incertitudes mais, sans l'ombre d'un doute, une nouvelle guerre approche...

Ce que j'en ai pensé:   

J'ai lu énormément d'avis très positifs sur cette saga, j'avais hâte de la découvrir. 

Pour commencer, l'arbre généalogique donné en début de roman donne le ton. Enormément de personnages dans cette histoire et j'avoue avoir souvent consulté l'arbre pour savoir qui est qui. Le début du roman a été un peu laborieux à cause de ça, et même au fil de la lecture je faisais encore des confusions entre certains. 

En effet, ce roman fait cohabiter trois générations d'une famille anglaise dans une maison de vacances à la campagne. 

Dans ce roman qui se déroule en 1937 et 1938, il y a d'abord les grands-parents; mais aussi leurs quatre enfants, les conjoints des enfants,  les nombreux petits-enfants, et les domestiques de chacun de ses foyers. 

Dans le respect de la tradition familiale, tout ce petit monde se retrouve pour passer ensemble les vacances d'été. Tour à tour, nous vivons les évènements de ces deux étés à travers les yeux et l'histoire de chacun des personnages. 

Le début du roman est assez positif, il donne envie d'avoir une grande famille, une grande maison de vacances et de partir tous ensemble dans la joie et la bonne humeur. Finalement, au fur et à mesure de l'histoire, nous rentrons dans l'intimité de chacun pour s'apercevoir que tout n'est pas si rose; ils ont tous leurs secrets, leurs failles, leurs peurs, leurs erreurs. En vivant les mêmes évènements du côté de chacun des personnages, on voit bien que même s'ils passent tout leur temps ensemble et croient se connaitre, et bien ils ne se connaissent pas si bien que ça. Il y a tout un pan de la vie de chacun qui est totalement ignoré, même en cohabitant. Cela m'a ramené à la "vraie vie"  parce que le constat est le même. On ne peut jamais vraiment connaitre les gens et beaucoup de relations sont plus superficielles qu'elles n'y paraissent. 

J'ai trouvé ce roman relativement moderne, avec des personnages plutôt libérés pour l'époque. 

Malgré tout, ce roman me laisse sur ma faim. Je l'ai trouvé trop mou et je me suis souvent ennuyée. 

 

VOTRE AVIS M'INTERESSE

 
Vous l'avez-lu? Vous voulez le lire? Donnez-moi votre avis! 
J'ajouterai le commentaire  
Cliquez ici

3-5.PNG
Ma note: 
 Bien! 
ete anglais

Semaine 23- Livre 23

 

La huitième vie 

1190 pages

"On trouve de l’histoire, de la transgénéalogie et une grande finesse de psychologie chez Haratischwili. On y trouve aussi une manière poétique de décrire une vie qui découle d’une vie qui découle d’une vie. Une approche émouvante et dérisoire en même temps, montrant comment chacun « traverse les autres » pour être soi. Il y a du théâtre, du cinéma, dans cette prose très filmique." 

Le monde



RESUME 

Géorgie, 1917. Stasia, la fille d'un chocolatier de génie, rêve d'une carrière de danseuse étoile à Paris lorsque, à tout juste dix-sept ans, elle s'éprend de Simon Iachi, premier-lieutenant de la Garde blanche. La révolution qui éclate en octobre contraint les deux amoureux à précipiter leur mariage.
Allemagne, 2006. Niza, l'arrière-petite fille de Stasia, s'est installée à Berlin depuis plusieurs années pour fuir le poids d'un passé familial trop douloureux. Quand Brilka, sa nièce de douze ans, profite d'un voyage à l'Ouest pour fuguer, c'est à elle de la retrouver pour la ramener au pays. À la recherche de son identité, elle entreprend d'écrire, pour elle et pour sa nièce, l'histoire de la famille Iachi sur six générations.
De Londres à Berlin, de Vienne à Tbilissi, de Saint-Pétersbourg à Moscou, le destin romanesque et parfois tragique des membres de cette famille géorgienne s'enchevêtre étroitement à l'histoire du sombre XXe siècle.

Ce que j'en ai pensé:   

Roman carrément brillant, d'une richesse et d'une densité incroyable, qui nous fait traverser le 20e siècle à travers les successives générations d'une famille géorgienne. La huitième vie.. roman qui porte très bien son nom. 3 semaines et 1200 pages plus tard, j'ai effectivement l'impression d'avoir vécu et traversé huit vies, voire plus. 

 

Je ne m'attendais pas du tout à ce genre de roman quand je l'ai entamé. Je m'attendais à une saga familiale vaguement historique du genre "Les sept sœurs" ou autre roman de ce type, mais en fait rien à voir. Même si c'est bien une fresque familiale, C'est un vrai roman historique qui nous plonge dans le bloc soviétique du siècle dernier. Incroyablement bien documenté, c'est passionnant et fascinant. 

J'adore cette période de l'histoire et je trouve l'histoire de la Russie (puis URSS puis de nouveau Russie) vraiment fascinante. En fait, ce roman, c'est exactement ce que j'espérais lire quand j'ai entamé Le Docteur Jivago (mais je n'y avais as trouvé ce que je cherchais).  

Je l'ai aussi trouvé merveilleusement bien écrit (et traduit, du coup..), et construit. Franchement, chapeau l'auteure (ou autrice - comme vous préférez). 

Je conseille évidemment, à lire et découvrir. 

VOTRE AVIS M'INTERESSE

 
Vous l'avez-lu? Vous voulez le lire? Donnez-moi votre avis! 
J'ajouterai le commentaire 

Ma note: 
Excellent!
Pépite du défi

 
La 8e vie.PNG
5 - 5.PNG
8e vie

2023 - Semaine 1- Livre 1

N'oublie pas les fleurs

288 pages

LIVRE 1/10 LU DANS LE CADRE DU GRAND PRIX DES LECTEURS POCKET



RESUME 

Se souvenir des belles choses...
Le soir du 31 décembre, Izumi rend visite à sa mère Yuriko pour les fêtes de fin d’année, mais cette dernière est absente. Il la retrouve finalement perchée sur la balançoire d’un parc voisin, où elle semble perdue. Cet événement n’est que le premier signe de la maladie qui la ronge : quelques mois plus tard, il apprend qu’elle est atteinte d’Alzheimer.
À mesure que les souvenirs de Yuriko s’estompent, ceux de l’enfance d’Izumi ressurgissent. En prenant soin de sa mère – au moment où lui-même s’apprête à devenir père – Izumi tente de comprendre ce qui l’a éloigné d’elle au fil du temps, s’interroge sur le sens de leur relation. Pour retrouver l’essentiel de ce qui leur reste à présent.

Ce que j'en ai pensé:   

« -Voulez-vous dire que les humains ne sont pas constitués d’organe mais de souvenirs ?

- Tout à fait. Mettons que j’aie un accident de voiture, et que chaque partie de mon corps devienne robotique. Tant que je conserve mes souvenirs, je reste moi. En revanche, si je conserve mon corps en tant que tel, mais que mes souvenirs disparaissent, alors la personne que je suis n’est pas moi. »

 

Que reste-t-il de nous, une fois que nos souvenirs disparus ?

Dans ce roman qui se déroule au Japon, il est question de la maladie d’Alzheimer,  du temps qui passe et dont on ne se rappellera peut-être rien.

Dans ce roman, il est aussi question de la difficulté, pour les enfants à s‘occuper de leurs parents malades, surtout quand ils ne sont pas très proches.

Il y a beaucoup d’ambivalence des sentiments. D’abord, la tentation d’ignorer les signes de la maladie. Parce qu’on ne veut pas voir, parce que chacun vit sa vie et parce qu’il n’y aura aucun retour en arrière possible.  Puis, quand on ne peut plus ignorer la maladie, le sentiment d’obligation et de responsabilité devient étouffant. Vient la tentation de l’ignorer, lui aussi.  Et la culpabilité de le faire.   

 

Izumi, lui (le personnage) s’occupe de sa mère. Malgré leur passif, malgré son enfant à naitre, malgré la pudeur et les non-dits entre lui et sa mère.   C’est difficile, éprouvant, fatigant, perturbant. Mais a-t-il le choix ? Chacun se fera son opinion.

 

Roman 1/10 lu dans le cadre du Grand Prix des Lecteurs Pocket 2023.

 

Que ce soit à titre personnel ou professionnel, je me sens concernée par ce sujet. Il me touche et m’intéresse, évidemment. J’ai reconnu beaucoup de choses, de la « vraie » vie.

C’est pour cette raison que je n’ai pas trop accroché. Je lis pour voyager, découvrir des choses et partir très loin. Dans ce roman, je n’ai pas décroché de la vraie vie. 

J'ai aussi eu des difficultés à m'attacher aux personnages, que j'ai trouvé assez froids et impersonnels. Moi qui aime les personnages forts et marquants, j'ai trouvé ceux-ci assez plat. Comme l'histoire. Au final il ne se passe pas grand-chose, et (question de goût personnel), je préfère les romans avec plus d’actions et de découvertes. 

 

Je ne suis pas la « cible public » pour ce roman, ni sur le fond ni sur la forme. Je n’étais pas fait pour lui, et il n’est pas fait pour moi. Mais je conseille à tous ceux que le sujet intéresserait.

VOTRE AVIS M'INTERESSE

 
Vous l'avez-lu? Vous voulez le lire? Donnez-moi votre avis! 
J'ajouterai le commentaire 

3-5.PNG
Ma note: 
 Bien! 
N'oublie pas

2023 - DEFI LECTURE SAISON 3

Semaine 3- Livre 4

L'orpheline de Foundling 

416 pages

 

LIVRE 2/10 LU DANS LE CADRE DU GRAND PRIX DES LECTEURS POCKET
 


RESUME 

Deux femmes, liées par un enfant, et un secret qui peut tout changer.
Londres, 1754. Six ans après avoir laissé sa fille Clara à l'orphelinat de l’hôpital Foundling, Bess Bright décide de la récupérer. Craignant le pire, Bess est stupéfaite lorsqu'on lui apprend qu'elle est déjà venue la récupérer. Elle n'aura de cesse de rechercher sa fille et de découvrir qui l'a pris et pourquoi.

À moins d’un kilomètre de l’institution, une jeune veuve vit recluse depuis 10 ans dans une sublime demeure. Quand un ami médecin à l’orphelinat de Foundling la persuade d’engager une nourrice pour sa fille, elle est d’abord réticente à l’idée d’accueillir une étrangère. Mais alors que son passé menace de ressurgir et de briser le petit monde qu’elle s’est créé, elle se laisse apprivoiser par cette nourrice si prévenante à l’égard de sa fille

Ce que j'en ai pensé:   

Tout commence à Londres en 1748. Besse, une jeune femme de 18 ans sans argent et sans époux, se voit contrainte d'abandonner son bébé né le jour même. Bess se fait alors la promesse de récupérer un jour son enfant à l'orphelinat, lorsqu'elle aura suffisamment économisé et qu'elle sera en mesure de lui offrir une vie décente.

S'en suit six années de labeur à vendre des crevettes sur le marché.au côté de son père. Après ces six années et forte d'un petit pécule, Bess retourne à l'orphelinat chercher sa fille. Elle découvre alors avec stupeur que sa fille n'a jamais vécut à l'orphelinat. Le lendemain même de son arrivée, une jeune femme prétendant être sa mère est déjà venue la récupérer. 

Bess va alors tout faire pour récupérer sa fille. 

Pour la maman que je suis, le début a été un peu violent. La détresse de cette jeune maman m'a beaucoup touchée. 

La suite du roman est très fluide, les personnages attachants, l'intrigue très prenante. Ce roman se lit très vite et très bien. Seul bémol pour moi, la fin un peu (trop) facile et pour ma part, assez peu crédible. 

Je conseille pour passer un très bon moment! 

EN COURS DE LECTURE

VOTRE AVIS M'INTERESSE

 
Vous l'avez-lu? Vous voulez le lire? Donnez-moi votre avis! 
J'ajouterai le commentaire 

l'ORPHELINE
4-5.PNG
Ma note: 
Très bien! 
bottom of page